-20% sur tout le site pour les soldes avec le code ETE24 jusqu'au 23/07
Aide et contact

Support Le Coq Funéraire

03 80 73 20 79

Liens rapides

0
Mon panier

Y a-t-il toujours de la place dans les cimetières ?

Toute existence humaine est déterminée par l’évidence de la naissance et la certitude de la mort. C’est dire en d’autres mots, que les hommes naissent pour mourir après leur pèlerinage terrestre. Et quand survient la mort, où mettre le corps inerte de la personne qui n’est plus ? Pendant que les cadavres sont offerts en ration aux rapaces dans certaines cultures, d’autres les brûlent et répandent les cendres à la mer. Mais la pratique la plus populaire, c’est d’enterrer les corps avec un respect absolu. Avec le nombre de défunts enregistré chaque année en France, on peut se demander s’il y a toujours des places dans les nécropoles. 

Les cimetières français ont-ils encore de places ?

A en croire les dernières révélations des structures sociales, les cimetières de la France manquent de plus en plus de places. Malgré l’expansion de leurs périmètres depuis quelques années, la difficulté demeure et devient très préoccupante. Des stratégies ont été trouvées pour contenir les décès dans les cimetières, telle l’initiation des tombes en étage. Malgré ces approches, il a été tristement remarqué que le nombre de décès en France continue à donner du souci aux autorités municipales. 

De fait, les statistiques à propos des décès en France justifient clairement ce manque de places aux « quartiers des morts ». Pour ne parler que des cas des dernières années, la France a enregistré 609 648 décès au cours des années 2018. Ce chiffre est passé à 63 243 en 2019, avant de monter en flèche dès les années 2020 et 2021 où la France a encaissé respectivement 668 922 et 657 000 décès. Cela montre nettement l’origine des difficultés de place dans les cimetières français de nos jours. 

La pénurie de place dans les cimetières : le cas de Paris

Etre inhumé à Paris est considéré comme une chance. Les observations ont prouvé que le cas de la ville de Paris est assez alarmant. Dans un passé très récent, le mairie a reçu de nombreuses demandes de place, environ 5 000 demandes, alors qu’il y avait moins de 172 places (rendus) disponibles. Et pourtant, il y avait dans la nécropole du Père-Lachaise, de nombreuses fosses non utilisées, des fosses qui datent de plus de cent ans. 

Au nombre des causes du cas de Paris, il faut souligner la cherté des concessions dans cette ville. En effet, pour obtenir une concession perpétuelle à Paris, il faut décaisser 15 mille euros. Les personnes qui n’ont pas tant de moyens se tournent vers les banlieues pour y faire inhumer leurs proches, dans les cimetières en retrait de la ville. 

La situation en dehors de Paris

La problématique des tombes bloquées ne concerne pas que la ville de Paris. D’autres villes souffrent du même mal. Dans l’Oise, précisément à Noyon par exemple, on enregistre bien souvent une centaine d’enterrements chaque année, alors qu’il existe à peine 40 places. La situation reste la même dans les villes comme : 

Les véritables causes de la pénurie de concessions dans les cimetières

A considérer la situation actuelle en France, en lien avec les événements des dernières années, il est possible d’affirmer que la pénurie de places aux cimetières peut avoir pour cause la pandémie mondiale due au covid-19, laquelle pandémie a emporté un nombre pléthorique de personnes en France. Aussi vrai que ces gens ayant trouvé la mort au cours de la crise sanitaire, sur le sol français, ont été mises en terre dans des cimetières, le manque de places est alors évident. 

Une autre source du même problème de place vient du fait que pendant de nombreuses années, plusieurs autres concessions perpétuelles ont été vendues avant le décès des personnes concernées. Des personnes les ont achetées, et étant devenues des ayants-droits, elles ne sont pas prêtes à les laisser à d’autres. Ces concessions ou fosses mises en attente (de décès de leurs propriétaires) occupent 97% de toutes les fosses disponibles et utilisables. Ainsi, le manque de place dans les nécropoles françaises est en réalité un manque de places accessibles. Autrement, il existe des places dans les cimétières, mais des places inaccessibles.

Les approches de solution des communes

Les cimetières des villes françaises semblent surchargés. Mais en réalité, il faut plutôt dire dire que les fosses perpétuelles ne permettent pas aux personnes qui décèdent dernièrement d’être enterrées dans les cimetières de leur ville. La ville de Paris est la plus en cause, dans la présente situation. Pour apporter des solutions au problème, des stratégies ont été déployées par plusieurs communes. 

Les stratégies de récupération des fosses abandonnées

Dans le souci de créer des chances aux parisiens et aux français d’être inhumés dans une tombe aux « quartiers des défunts », des mairies ont pris sur eux de repérer les tombes abandonnées, en commençant par celles des 14 cimetières de la capitale. En récupérant les concessions personnelles et perpétuelles, c’est-à-dire les fosses acquises et délaissées par des personnes encore vivantes, les mairies parviennent à faire un peu de places aux corps en attente d’inhumation. 

Interdiction de réserver d’emplacement

Dans la présente situation où les parisiens ont de moins en moins la chance d’être mis en terre dans l’un des quatorze nécropoles de la ville de Paris, les mairies ont décidé d’une interdiction générale qui s’applique dans les cimetières français. Il s’agit de la suspension des réservations de fosses ou d’emplacements. Cela semble pouvoir défaire le nœud de la pénurie de place dans les cimetières. 

Dans la même lancée, les responsables des communes ont vu juste d’interdire les refus de vendre les emplacements et les fosses déjà achetés par des personnes encore en vie. 

La construction des crématoriums

La création des crématoriums en France est avant tout une preuve concrète de la pénurie de places dans les cimetières. Les crématoriums sont, en effet, les lieux où sont accueillies les familles éplorées, qui viennent assister à l’incinération de leurs parents ou amis trépassés. Avec les dispositifs conçus pour la crémation, les corps et le cercueil qui le contient sont tous introduits dans une fournaise et réduits aux cendres. 

Ainsi, pour trouver une issue au manque de place dans les cimetières, les mairies font construire des crématoriums pour brûler les morts. 

Inscrivez-vous pour recevoir nos offres promotionnelles et nouveautés !